Longs matins esseulés

 

Dans un grand lit double, je suis seul
Depuis, je vis comme un damné,
Mes souvenirs sont passés sous une meule,
Je vis comme un pestiféré
Alors que mes anciens camarades ont,
Pour la plupart fondé une famille,
Mon chien n’a jamais été que mon seul compagnon,
Jusqu’au jour où un bolide a arraché son essence, ne me laissant qu’un corps sans vie
Seul depuis ce jour, c’est un réel et profond sentiment,
Assez paradoxal,
Mais tout de même assez peu  enviable,
Sentiment vous disais-je auparavant,
Sentiment nostalgique et sympathique
Sentiment d’un étrange bonheur
Rien ne vaut la liberté!
                                                                                              Le prince de la nuit

Laisser un commentaire